Maserati Indy 4900 – 1974

Le véhicule a été vendu le 11/05/2021

La première Maserati de l’ère Citroën

A la toute fin des années 60, Maserati souhaite renouveler sa gamme et planche sur une remplaçante aux modèles Sebring et Mexico. La GT sportive prendra le nom d’Indy, œuvre du carrossier Vignale, déjà auteur de la 3500 GT Spyder, de la Sebring et une des figures ayant permis à la marque au Trident d’éviter une faillite certaine.

 

L’Indy tient son nom des victoires de Maserati lors de deux éditions consécutives des 500 miles d’Indianapolis en 1939 et 1940. Victoires tout à fait honorables sachant que Maserati est le seul constructeur italien avec Dallara à avoir remporté cette course légendaire.

 

Initialement dotée du même V8 4.2 litres de 260 chevaux que la Mexico, ainsi que d’une version réalésée à 4.7 litres développant 290 chevaux, l’Indy va bénéficier en 1973 d’une nouvelle évolution pourvue d’un V8 porté à 4.9 litres et 320 chevaux. Cette version America pensée pour le marché nord-américain permettra notamment à ses 4 occupants d’atteindre la vitesse de 265km/h, volonté assumée par Maserati, dans le but de venir concurrencer Ferrari et sa 365 GT4 2+2.

 

A cette occasion, les 4.2 litres et 4.7 litres disparaissent et l’Indy reçoit en prime, une nouvelle boîte de vitesse, des jantes 15 pouces, la climatisation de série et un nouveau système de freinage d’origine Citroën.

 

Le modèle proposé est une Maserati Indy 4.9 litres de 1974. Construite à 300 exemplaires, cette rareté est délivrée dans un sublime Argento Indianapolis et comptabilise 140000 kilomètres. Entretenue avec soin, cette Indy présente un très bon état pour une voiture de presque un demi-siècle, mais mériterait une légère restauration pour retrouver son éclat d’antan.

 

La GT 2+2 n’est assurément pas la plus célèbre des Maserati, mais propose pourtant un design intemporel, une combinaison de confort, de luxe et de performances, procurant à ses occupants des sensations inédites.